Simulateur pour la lecture de l’heure

//Simulateur pour la lecture de l’heure
Simulateur pour la lecture de l’heure 2017-05-11T07:26:13+00:00

Ludique – Pédagogique – Culturel.

  • ludique : une construction et un jeu.
  • pédagogique : un formidable outil pour l’apprentissage de la lecture de l’heure et, éventuellement aussi pour la lecture de chiffres romains.
  • culturel : à chacun ses contes du temps. Au lieu du groupe, de l’idéologie, du standard, du général : le cas particulier. Chacun entend dans sa propre langue, la lecture d’un tableau n’a donc rien de commun. Cela n’empêche pourtant pas l’équipe, l’association, la coopérative, le mouvement, l’entreprise. Interviennent des noms. Et encore cette note de Max Frisch qui écrivait dans sa préface du documentaire de A.J.Seiler intitulé « Siamo italiani » sorti en 1964, concernant les travailleurs saisonniers italiens en Suisse : la Suisse avait besoin de bras et ce sont des hommes qui sont venus.

Prix de vente indicatif : Frs. 15, –

10h10

10h10

10h10

10h10

10h10

10h10

Composant du simulateur de lecture de l'heure

Déjà bon nombre d’enfants ont appris à lire l’heure
avec l’horloge des Contes du temps.

C’est au cours d’une conversation téléphonique avec Madame Gabrielle Chappuis, médiatrice culturelle au mudac – Musée de design et d’arts appliqués contemporains – que le simulateur de lecture de l’heure a été conçu.

Ayant déjà été contacté pour tenir deux ateliers de fabrication d’horloges, Swiss brain clock, dans le cadre de l’exposition L’Eloge de l’heure qui s’est tenue du 27 mai au 27 septembre 2015 au mudac, elle m’a demandé s’il y aurait la possibilité de proposer le montage et la fabrication d’un rudiment d’horloge, par une centaine de visiteurs, lors de la Nuit des Musées, du 26 septembre.

Au lieu d’un rudiment d’horloge, j’ai évoqué un simulacre. Une horloge sans mouvement d’horlogerie. C’était parti pour le simulateur.

Atelier Mudac 13.9.15 002

DSC02310

Le développement de cet objet résulte d’un travail et d’une collaboration avec l’atelier de la Coopérative L’autre temps, à Ste-Croix. Monsieur Henri Follonier, maître d’atelier, a conçu, entre autres, des outils spécifiques et une nouvelle façon très originale de travailler et combiner les deux cadrans d’une Swiss brain clock. Cyril Maillefer, Directeur de cette Coopérative, c’est penché plus particulièrement sur le design et le graphisme de cet objet et de son dépliant. Jimmy Chappuis, jeune homme en stage durant l’été 2015 à la Coopérative, a travaillé avec moi sur cet objet et a la production. Il a apporté aussi bon nombres de remarques pertinentes concernant ce simulateur et son dépliant. De plus il m’a rejoint au mudac, lors de la Nuit des Musées, ou 100 simulateurs pour la lecture de l’heure ont été construits par des visiteurs, ceci, en moins de 4 heures. Du beau travail

Une question d’enfance

Les astrophysiciens, en avançant à propos du big bang qu’il est question d’un point qui n’est pas localisable et qui n’a pas de centre, soulignent par leurs travaux qu’il n’y a pas de lieu d’origine de l’univers. Et alors ?

Et que, par conséquent, aucun point de cet univers n’est localisable, ni situable, si ce n’est artificiellement. Voilà ce qu’ils nous disent.

Ce qu’ils soulignent, c’est une question d’enfance : « On dirait que l’on vient de là et que l’on va là-bas ».

« On dirait… », il est question du mythe. Les choses existent dans la parole. Il est question de l’ouverture.

Il n’y a pas d’écriture facile

Combien de temps faut-il pour écrire un texte d’une demi-page ou d’une page ? Dix minutes. Un quart d’heure au plus.

Mais l’écriture de ces textes n’est pas chronométrée. Ils se préparent au cours de la semaine, d’une matinée, d’un après-midi ou d’une soirée. Il y a de l’obstacle, et ce qui s’écrit diffère d’un savoir sur les choses, diffère et me conduit à écrire des phrases que je ne savais pas.