Ateliers de fabrication d’horloges

//Ateliers de fabrication d’horloges
Ateliers de fabrication d’horloges 2017-05-11T07:26:13+00:00

Au Musée Cima à Sainte-Croix

Centre International de la Mécanique d’Art

Bel atelier avec 21 personnes travaillant à la police scientifique de Fribourg

Au mudac à Lausanne

Musée de design et d’arts appliqués contemporains

Ateliers dans le cadre de l’exposition L’Eloge de l’heure qui s’est tenue au mudac du 30 Mai au 27 Septembre 2015

12 autres photos sont encore à publier.

Au Cacy à Yverdon-les-Bains

Centre d’art contemporain

Dans le cadre de l’exposition L’heure qu’il est qui s’est tenue au Cacy du 29 août au 1er novembre 2015

 

Le rendez-vous des Contes du temps 483ème chapitre

La poursuite interroge.

Le bâton, cet ancêtre des outils d’aujourd’hui, n’a pas de vocation a priori. Outil de construction, outil de destruction ?

Depuis des millénaires une direction nous tient, puisque aujourd’hui encore, malgré des aléas, nous poursuivons de dire, de faire, d’écrire. Elle se constate aussi par les récits de toutes sortes dont les parois des grottes de Lascaux, les stèles, les parchemins, les bibliothèques témoignent et où il s’y rencontre : l’immaîtrisable, l’inconciliable, l’entre les lignes. Art et poésie.

Il se pourrait que la fresque soit belle et que le texte soit beau. Pas nécessairement joli car le beau se nourrit d’une conversation silencieuse entre un lecteur et ce qui s’adresse à lui. Ça évoque et ça parle.

Impossible de mettre le doigt sur ce qui se raconte, ceci bien que le réel ne peut être nié. Mais, comme le laissent entendre les paragraphes précédents, il intervient à quelque chose qui est à l’œuvre, qui est en œuvre, qui ne va pas de soi.

Pragmatiques donc, l’art et la poésie. C’est une constatation, puisqu’il y a de la poursuite. Et le statut d’ornement, loin d’être négligeable, relève du supplément.

Pragmatiques, l’art et la poésie, c’est ce que soulignent aussi chaque expérience, chaque entreprise, qui aujourd’hui malgré des vents contraires, de façon opiniâtre, se tiennent à ce qui relève de l’ouverture.

En conclusion de ce chapitre, merci de constater le scandale de ce texte, puisque nous baignons dans le réalisme, la gestion et la standardisation.

Ce n’est pas en vertu du bien que les choses se font, mais parce que la valorisation est indispensable à la respiration. (extrait du 317ème chapitre)